Facebook Twitter YouTube

HOMMAGE : il aurait eu 109 ans le 4 avril 2019 prochain

HOMMAGE : il aurait eu 109 ans le 4 avril 2019 prochain
Barthélémy BOGANDA, Président fondateur de la République Centrafricaine

Quand il partait à Berberati ce 29 mars 1959 pour présenter à ses compatriotes le nouveau drapeau de la République Centrafricaine et la Renaissance (notre hymne national), Barthélémy BOGANDA, premier Président de la République Centrafricaine ne se doutait pas une seule seconde qu'il ne reviendra pas vivant et qu'il laisserait un vide que ces successeurs ont volontairement fait le choix de ne pas le combler.

 Celles et ceux qui l'avaient côtoyé et qui ont eu l'opportunité :

  • de NOURRIR le peuple centrafricain
  • de SOIGNER ce même peuple
  • de l'INSTRUIRE
  • de le VÊTIR
  • et le LOGER

Ont fait de par leur comportement le choix volontaire de le priver :

  • de l'éduquer
  • de l'électricité
  • de l'eau
  • de se faire soigner
  • du logement décent

Le principe de la République selon le père de l'indépendance centrafricaine était : le gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple. Article 19 de la constitution.

TEST 1

Pour mes JOB

RCA : plus de 3 mois après la signature de l'accord de Khartoum, les tueries continuent

Un accord signé sans le représentant du peuple lui a été exposé comme étant l'accord de paix. Le constat est encore très sanglant aujourd'hui.

CENTRAFRIQUE : Un aveu qui discrédite la Cour Constitutionnelle suite au rejet de la requête du Président du MDREC Monsieur Joseph BENDOUNGA

L'accord de paix paraphé à Khartoum et signé à Bangui le 6 février n'est pas au dessus de notre CONSTITUTION. Le Président de la République a bel et bien violé la constitution sans la moindre réaction de nos parlementaires.

CENTRAFRIQUE : Une situation d'injustice flagrante qui passe sous silence

Que fait Mme Sylvie BAIPO TEMON face à la violation de la présomption d'innocence !