Facebook Twitter YouTube

RCA : Qu'est-ce qui a été dit à KHARTOUM entre le gouvernement et les 14 groupes armés et que le peuple ne sait pas ?

RCA : Qu'est-ce qui a été dit à KHARTOUM entre le gouvernement et les 14 groupes armés et que le peuple ne sait pas ?
Pas de légende

Un document de 30 pages qui circule sur internet, comportant 40 articles serait le contenu de l'Accord signé entre le gouvernement centrafricain et les 14 groupes armés à KHARTOUM. On peut lire dans ce document à l'Article 21 que "le Président de la République, Chef de l'Etat, s'engage à mettre en place immédiatement après la signature du présent Accord un gouvernement inclusif".

Le 25 février 2019, un décret présidentiel nomme Monsieur Firmin NGREBADA, Premier Ministre après la demission de son prédécesseur et son gouvernement Simplice Mathieu SARANDJI. Avant cette nommination, le responsable d'un des groupes armés présent à KHARTOUM, le FPRC via un communiqué N°007/FPRC/BEN019 du 21 février 2019, revendique dans la formation du gouvernement inclusif, les postes suivants :

  1. Premier Ministre
  2. Ministère des eaux et forêts
  3. Ministère des transports et aviation civile
  4. Ministère de la sécurité publique
  5. Ministère des travaux publics
  6. Ministère de l'enseignement primaire, secondaire, technique et de l'alphabétisation
  7. Ministère de la santé publique
  8. Ministère de l'agriculture et du développement rural
  9. Ministre délégué à la Défense
  10. Ministre délégué aux Affaires Etrangères

Les autres ont demandé quels postes ?

Quelle serait la conséquence du nom respect de cette révendication de la part du gouvernement ?

Quelle sera la réaction du FPRC puisqu'il vient de perdre le poste du Premier Ministre ?

En cas de violation de cet Accord par les différentes parties, les dispositions prises par les Articles 34 et 35 seront-elles réellement appliquées ?

QU'EST-CE QUE LE PEUPLE NE SAIT PAS ?

 

Le Bureau Politique.

TEST 1

Pour mes JOB

RCA : plus de 3 mois après la signature de l'accord de Khartoum, les tueries continuent

Un accord signé sans le représentant du peuple lui a été exposé comme étant l'accord de paix. Le constat est encore très sanglant aujourd'hui.

CENTRAFRIQUE : Un aveu qui discrédite la Cour Constitutionnelle suite au rejet de la requête du Président du MDREC Monsieur Joseph BENDOUNGA

L'accord de paix paraphé à Khartoum et signé à Bangui le 6 février n'est pas au dessus de notre CONSTITUTION. Le Président de la République a bel et bien violé la constitution sans la moindre réaction de nos parlementaires.

CENTRAFRIQUE : Une situation d'injustice flagrante qui passe sous silence

Que fait Mme Sylvie BAIPO TEMON face à la violation de la présomption d'innocence !