Facebook Twitter YouTube

Forces Armées Centrafricaines : Avis de recrutement

Forces Armées Centrafricaines : Avis de recrutement
Pas de légende

Dans le cadre de la reconstruction de l’armée nationale, le gouvernement centrafricain a lancé depuis le 4 août 2018 par le biais de son Ministère de la Défense, un avis de recrutement de plus de 1000 jeunes (1023 pour être précis selon les informations) afin d’incorporer cette institution.

Les conditions sont les suivantes :

  • Etre de nationalité centrafricaine
  • Etre âgé de 18 ans au moins et de 25 ans au plus le jour du recrutement
  • N’avoir encouru aucune condamnation et être déclaré de bonne moralité
  • Etre titulaire d’un Brevet des Collèges (BC) ou d’un Certificat d’Aptitude Professionnelle (CAP)

La liste des documents à fournir sont :

  • Une copie légalisée d’acte de naissance
  • Un certificat de nationalité
  • Un extrait de casier judiciaire datant de moins de trois mois
  • Une copie d’une pièce d’identité ou un autre justificatif d’identité
  • Un certificat médical d’aptitude
  • Un Curriculum Vitae détaillé
  • Une demande manuscrite adressée au Chef d’Etat Major des Armées
  • Un certificat de domiciliation délivré par le Chef du quartier
  • Deux cartes photos d’identité
  • Copies légalisées des diplômes

La date d’ouverture des dépôts de candidature s’effectueront du 27 octobre au 02 novembre 2018 dans les mairies des 8 arrondissements de la capitale centrafricaine et les chefs-lieux des préfectures pour les provinces.

Nous espérons que ce recrutement se fera en toute impartialité et que les futures recrues auront en tête l’esprit patriotique et défendront fièrement notre chère patrie la République Centrafricaine.

TEST 1

Pour mes JOB

RCA : plus de 3 mois après la signature de l'accord de Khartoum, les tueries continuent

Un accord signé sans le représentant du peuple lui a été exposé comme étant l'accord de paix. Le constat est encore très sanglant aujourd'hui.

CENTRAFRIQUE : Un aveu qui discrédite la Cour Constitutionnelle suite au rejet de la requête du Président du MDREC Monsieur Joseph BENDOUNGA

L'accord de paix paraphé à Khartoum et signé à Bangui le 6 février n'est pas au dessus de notre CONSTITUTION. Le Président de la République a bel et bien violé la constitution sans la moindre réaction de nos parlementaires.

CENTRAFRIQUE : Une situation d'injustice flagrante qui passe sous silence

Que fait Mme Sylvie BAIPO TEMON face à la violation de la présomption d'innocence !