Facebook Twitter YouTube

Le désordre au sommet de l'État : cas du Ministère centrafricain des Transports et de l'Aviation Civile, Théodore JOUSSO

Le désordre au sommet de l'État : cas du Ministère centrafricain des Transports et de l'Aviation Civile, Théodore JOUSSO

Le Chef du Gouvernement Simplice Mathieu Sarandji a suspendu par un double Arrêté, signé le 4 et 5 septembre les activités d'exploitation de la société Aviation Handling Service Centrafrique (AHS-RCA) et mis en place une Administration provisoire pour assurer les activités d’assistance en escale pour une période de trois mois. La décision est tombée suite à un scandale financier qui impliquerait directement Théodore Jousso, Ministre des Transports et de l'Aviation civile.

Selon des sources proches de la Primature, il s'agirait de tout premier acte scandaleux du régime Touadera. Théodore Jousso toucherait à lui seul et pour son propre compte, la somme de 40.000.000f cfa versés par an par la Représentation régionale de l’ASECNA basée à Dakar et, un chèque de 6.450.000f cfa remis mensuellement par la société AHS-RCA à titre de facilité de transports. En plus, le ministre percevrait mensuellement une somme d'environ de 30.000.000f cfa pour commission fictive, toujours auprès de AHS-RCA.

A cela s'ajoute deux véhicules de haut standing mis à sa disposition par l’ASECNA ; tout ceci en violation d’un texte de loi qui fait interdiction aux sociétés privées de verser de l’argent ou de remettre du matériel à un membre du Gouvernement. 

Une pratique qui a poussé le Premier Ministre Simplice Mathieu Sarandji à prendre un double Arrêté aux dates du 04 et 05 septembre. Le premier suspend l’Agrément de la Société AHS-RCA qui s’occupe des activités d’assistance en escale à l’Aéroport International Bangui M’Poko. Le second met en place une Administration Provisoire pour "assurer ses activités d’assistance en escale, assurer les recouvrements des droits et taxes, procéder à un audit financier de la société AHS-RCA depuis sa création et, produire un rapport final."

Quatre personnalités composent cette Administration provisoire. Il s'agit du  Conseiller du Premier Ministre en matière du désenclavement de la ville, le Chargé de mission en matière d’Aviation civile au Ministère des Transports, le Procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance de Bangui et, un Expert comptable. Ceux-ci disposent de trois mois pour déposer le rapport final de leur mission.

Les autorités rassurent avoir pris des dispositions pour que tous les vols en partance ou à destination de la RCA ne soient pas perturbés.

Lundi 10 septembre, un autre arrêté, toujours signé du premier Ministre, a rapporté les deux premiers. Ce qui rétablirait la société AHS dans ses droits d'exploitation d'assistance en escale à l'Aéroport International Bangui-M'poko.

©source : Ndeke Luka

CENTRAFRIQUE : La trahision continue

Nelson Mandela disait : Ce qui est fait pour nous, que d'autres ont décidé sans nous, est en réalité contre nous. Soyons des êtres actifs

Pour eux, la République Centrafricaine se limite uniquement à Bangui

Ils n'ont jamais exprimé réellement une volonté de développer toute la République Centrafricaine.

Lu pour vous : Justice > La Cour Constitutionnelle déboute Joseph Bendounga de sa requête

Suite aux accords de Khartoum à l'issue duquel le Président de la République a délibérément violé la CONSTITUTION sur laquelle il avait prêté serment d'être le premier garant, le Président du MDREC le poursuit devant la Cour Constitutionnelle.

CENTRAFRIQUE : Quand le premier garant de la constitution se permet le luxe de VIOLER cette dernière

Celui à qui le peuple centrafricain a fait confiance pour garantir l'intégralité de leur territoire, leur constitution, s'est permis de se comporter en traitre et ce, devant celles et ceux qui sont censés être son représentant au parlement (les députés) sans un mot de leur part.