Facebook Twitter YouTube

On peut tromper une partie du peuple tout le temps et tout le peuple une partie du temps. Mais on ne trompera jamais tout le peuple tout le temps!

Tènè sô â gâ tâ tènè lâ sô !

Il le disait il y a quelques temps…

Dans une vidéo de plus de 35 minutes, le ministre conseiller spécial du Président de la République Centrafricaine, Fidèle GOUANDJIKA avait interpellé de manière directe la jeunesse à propos de la constitution.

Il est bien écrit ceci au chapitre 1, article 24 :

 « Ne peuvent être candidats à l’élection présidentielle que les hommes et les femmes, centrafricains d’origine, âgés de 35 ans au moins, ayant une propriété bâtie sur le territoire national et n’ayant pas fait l’objet de condamnation à une peine afflictive ou infamante. »

Il nous parlait dans sa vidéo de l’article 115 du code électoral (et non de la constitution) qui exige à ce  qu’un montant de 5 millions de FCFA soit versé au Trésor Public pour la caution avant de se présenter aux élections présidentielles et qu’il faudrait que la jeunesse ne manifeste pour empêcher la classe oligarchique centrafricaine d’augmenter ce montant. Aujourd’hui, on apprend via un article publié sur le site de la radio Ndeke Luka que cette caution a été multipliée par 3 : soit 15 millions de FCFA.

 «Art 115 du code électoral : Chaque candidat doit verser au Trésor Public au moment du dépôt de sa candidature, une caution d’un montant de cinq millions (5.000.000) F CFA en espèces ou par chèque certifié sur un compte ouvert dans une banque sise en République Centrafricaine. . »

L’homme avoue dans sa vidéo, qu’ils ont les moyens pour financer ces élections même si on fixe le plafond de cette caution à plusieurs millions de FCFA puisqu’ils ont suffisamment volé d’argent sur le dos du pauvre contribuable centrafricain et que l’argent est caché dans des comptes bancaires à l’extérieur du pays.

Selon l’article du site, c’est à l’issue d’une réunion qui a duré 4 jours que cette décision a été prise en présence de plusieurs entités : les membres du gouvernement, de la société civile ainsi que des acteurs politiques : soit une soixantaine de personnes. Quelles sont ces personnes ?

De surcroît, on apprend avec stupéfaction que deux organisations exogènes ont été à l’initiative de ce projet de modification du code électoral : la MINUSCA et le PNUD.

La mission principale de la MINUSCA a changé entre temps ? Nous allons tenter de le découvrir !

Retrouvons-nous ce samedi 21 juillet 2018 pour réclamer une justice pour les plus faibles

La masse prolétaire est la plus exposée aux crimes crapuleux en République Centrafricaine. Une force est censée la protéger mais malheureusement, on continue d'assister à des événements tragiques touchant toutes les familles.

Rendez-vous le 21 juillet 2018 à Paris, 15h pour une marche pacifique.

Mobilisons-nous pour la mémoire de nos proches tombés injustement, même en présence de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en Centrafrique (MINUSCA). Elle est censée maintenir la paix mais quel est le bilan 5 ans après ?

MANIFESTATION prévue le 21 juillet 2018 à Paris : le peuple a le droit de savoir ce que font réellement ces forces sur son sol.

Nous allons donner ensemble, un sens à cette pétition lancée depuis quelques mois et signée par plus de 1300 personnes. Rendez-vous le 21 juillet 2018, 15h à Paris.

Retrouvons-nous à Nantes le 18 Août 2018 pour échanger sur notre chère nation la République Centrafricaine

Cette fois, nous serons à Nantes pour échanger avec les compatriotes. Conférence-Débat sur plusieurs thématiques sur la République Centrafricaine. Venez nombreux !