Facebook Twitter YouTube

29 mars 1959 - 29 mars 2018 : 59 ans d'une mystérieuse et tragique disparition

29 mars 1959 - 29 mars 2018 : 59 ans d'une mystérieuse et tragique disparition
Barthélémy BOGANDA

Connu pour ses positions déterminées du panafricanisme en Afrique Centrale, Barthélémy BOGANDA a été et restera le père fondateur de la République Centrafricaine. Il a milité farouchement pour l'indépendance de ce pays, plus grand que la France, la Suisse et la Belgique réunies sans réaliser ses ambitions politiques. Il disparaît brutalement un peu plus d'un an avant l'accession à l'indépendance puisque le pays devient "indépendant" le 13 août 1960.

Comme si le sort s'acharne sur ce magnifique pays, tous ses successeurs sans exception à savoir :

  • David DACKO
  • Jean-Bédel BOKASSA
  • André KOLINGBA
  • Ange-Félix PATASSE
  • François BOZIZE
  • Michel Am-Nondokro DJOTODJIA
  • Cathérine SAMBA-PANZA
  • Faustin Archange TOUADERA

n'ont JAMAIS réussi à conjuguer ses 5 verbes. Au contraire, ils ont réussi à les transformer radicalement :

  1. Loger est devenu Déloger
    • Aucune action sociale pour aider celles et ceux qui ont perdu leurs maisons. Plusieurs villages sont vidés aujourd'hui et la population se retrouve dans la brousse... seul endroit où ils peuvent se sentir en sécurité.
  2. Nourir est devenu Tuer
    • Le bas peuple dans sa globalité meurt de faim, de malnutrition dans l'arrière pays. D'autres se font littéralement massacrer.
  3. Vêtir est devenu Déshabiller
    • On les voit dans des fêtes avec des bouteilles d'alcool alors que le bas peuple peine à trouver de quoi à manger.
  4. Instruire est devenu Rendre analphabète, Ne pas éduquer, Ne pas former
    • Plus grand que l'ancienne puissance coloniale, la RCA ne dispose d'une seule et unique université alors que le pays a été naturellement gâtée par la nature avec un sol et un sous-sol riches.
  5. Soigner est devenu Laisser mourir
    • Ils préfèrent se faire soigner à l'étranger et laisser le bas peuple mourir gentillement.

Ces Hommes ont failli à leur devoir. Ils ont volontairement choisi de rédiger leurs noms du mauvais côté de l'histoire. Il est temps qu'on reprenne notre destin en main et ne pas emboîter leur pas. Réécrire une nouvelle histoire pour notre chère nation la République Centrafricaine est possible.

 

RCA : plus de 3 mois après la signature de l'accord de Khartoum, les tueries continuent

Un accord signé sans le représentant du peuple lui a été exposé comme étant l'accord de paix. Le constat est encore très sanglant aujourd'hui.

CENTRAFRIQUE : Un aveu qui discrédite la Cour Constitutionnelle suite au rejet de la requête du Président du MDREC Monsieur Joseph BENDOUNGA

L'accord de paix paraphé à Khartoum et signé à Bangui le 6 février n'est pas au dessus de notre CONSTITUTION. Le Président de la République a bel et bien violé la constitution sans la moindre réaction de nos parlementaires.

CENTRAFRIQUE : Une situation d'injustice flagrante qui passe sous silence

Que fait Mme Sylvie BAIPO TEMON face à la violation de la présomption d'innocence !

CENTRAFRIQUE : La trahision continue

Nelson Mandela disait : Ce qui est fait pour nous, que d'autres ont décidé sans nous, est en réalité contre nous. Soyons des êtres actifs