Facebook Twitter YouTube

CENTRAFRIQUE : Mission technique pour la collecte des informations dans le but de concevoir les passeports biométriques.

CENTRAFRIQUE : Mission technique pour la collecte des informations dans le but de concevoir les passeports biométriques.

Dans une optique d’innovation « on suppose », sous le mandat du président sortant François BOZIZE il y a quelques années, l’Etat centrafricain avait mis en place un système permettant aux centrafricains résidents en France et dans certains pays européens, de constituer des dossiers dans le but de concevoir un nouveau passeport biométrique. De ce fait, une équipe de plusieurs personnes se déplacent depuis Bangui, avec des frais de mission, billet d’avion pris en charge totalement par l’Etat centrafricain, pour venir s’installer provisoirement à l’ambassade à Paris afin de remplir des formulaires, prendre des empruntes digitales à l’aide d’un encreur pour tampon à séchage rapide et ensuite repartir à Bangui. Plusieurs semaines après (en moyenne 3), les passeports sont fabriqués et retournés par valise diplomatique afin que les ayants droit puissent venir chercher.

Ce fonctionnement pose clairement plusieurs problèmes :

  • Seuls les compatriotes qui sont en Europe (certains pays seulement) peuvent en bénéficier.
  • Comment font celles et ceux qui sont aux USA, dans certains pays d’Afrique, en Asie ?
  • Comment font celles et ceux qui sont étudiants et qui ne peuvent malheureusement pas payer un billet aller/retour pour se rendre à Bangui pour ce document ?
  • Nous avons un passeport avec une validité de 5 ans et cette fameuse mission ne se déplace pas de manière permanente. Comment font les personnes qui sont dans un besoin urgent pour par exemple renouveler leur titre de séjour ? Puisqu’il leur faut un passeport en cours de validité ?
  • Pourquoi a-t-on besoin de légaliser à chaque fois les documents tels que : acte de naissance, certificat de nationalité ?
  • D'autres problèmes que cela pose déjà en 2015... (vidéo)

Il y existe plusieurs solutions pérennes et moins couteuses pour mettre fin à ce système qui ne profite qu’à certains de nos compatriotes dans le monde et marginalise une grande partie.

Nous vous les exposerons dans notre programme d’ici la fin d’année (2018).

Retrouvons-nous ce samedi 21 juillet 2018 pour réclamer une justice pour les plus faibles

La masse prolétaire est la plus exposée aux crimes crapuleux en République Centrafricaine. Une force est censée la protéger mais malheureusement, on continue d'assister à des événements tragiques touchant toutes les familles.

Rendez-vous le 21 juillet 2018 à Paris, 15h pour une marche pacifique.

Mobilisons-nous pour la mémoire de nos proches tombés injustement, même en présence de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en Centrafrique (MINUSCA). Elle est censée maintenir la paix mais quel est le bilan 5 ans après ?

MANIFESTATION prévue le 21 juillet 2018 à Paris : le peuple a le droit de savoir ce que font réellement ces forces sur son sol.

Nous allons donner ensemble, un sens à cette pétition lancée depuis quelques mois et signée par plus de 1300 personnes. Rendez-vous le 21 juillet 2018, 15h à Paris.

On peut tromper une partie du peuple tout le temps et tout le peuple une partie du temps. Mais on ne trompera jamais tout le peuple tout le temps!

L’homme avoue dans sa vidéo, qu’ils ont les moyens pour financer ces élections même si on fixe le plafond de cette caution à plusieurs millions de FCFA puisqu’ils ont suffisamment volé d’argent sur le dos du pauvre contribuable centrafricain et que l’argent est caché dans des comptes bancaires à l’extérieur du pays.