Facebook Twitter YouTube

CENTRAFRIQUE : 5 décembre 2013 > Une pensée pour les femmes, enfants, hommes, personnes âgées qui sont tombés injustement

CENTRAFRIQUE : 5 décembre 2013 > Une pensée pour les femmes, enfants, hommes, personnes âgées qui sont tombés injustement
Pas de légende

Tôt le matin du 5 décembre, des attaques coordonnées ciblent trois lieux; : le camp militaire Kassaï, l’Assemblée nationale et le quartier de Boy-Rabe. Les assaillants sont repoussés du camp Kassaï. Dans le quartier de Boy-Rabé, la population musulmane est prise pour cible et leurs commerces pillés. Une partie de la population se réfugie dans l'église Saint-Bernard à Boy-Rabé. Des miliciens de la Seleka y font irruption et tuent plusieurs personnes.

Vers 9h30, des membres de la Seleka entrent dans l'hôpital de l'Amitié, à Bangui. Probablement pour venger un de leurs officiers tué lors des combats ayant débuté le matin même, ils abattent huit personnes, dont des fonctionnaires de l'hôpital.

Le même jour dans la matinée, des combattants de la Seleka ouvrent le feu sur les positions françaises et un de leurs pick-up tente de pénétrer dans le périmètre de l'aéroport international de Bangui. Les Français ripostent, détruisent le véhicule, tuent quatre hommes armés et en blessent six autres.

Des combats et représailles ont lieu en soirée et jusqu'au 6 décembre. En soirée, des membres de la Seleka investissent une nouvelle fois l'hôpital de l'Amitié, et exécutent une dizaine de blessés. Des attaques ont encore lieu durant la journée du 7 décembre, selon la Croix-Rouge. Des affrontements sporadiques et des lynchages ont encore lieu ponctuellement le 9, malgré la présence de l'armée française. Cette dernière essuie à deux reprises des tirs de miliciens de la Seleka, refusant de désarmer.

Un malheureux bilan d'environ 1 400 personnes tuées et 900 blessés entre le 5 et 9 décembre 2013. Par exemple :

Amnesty International (entre le 5 et 8 décembre 2013) :

  • 60 musulmans massacrés par les Anti-Balaka
  • 1 000 chrétiens massacrés par la Seleka

La justice doit être et sera rendue pour ces crimes !

@source : wikipedia

Passage du Président Serge LENGUENDAYEN sur bf1 tv

Intervention du président de Génération Douée Centrafrique dans l'émission Surface de vérités de Mr. Aubin GUEBRE

Passage du Président Serge LENGUENDAYEN sur le plateau de M. Hamed PARAISO Télé-sud

Entretien Du Jour présenté par M. Hamed PARAISO

RCA : plus de 3 mois après la signature de l'accord de Khartoum, les tueries continuent

Un accord signé sans le représentant du peuple lui a été exposé comme étant l'accord de paix. Le constat est encore très sanglant aujourd'hui.

CENTRAFRIQUE : Un aveu qui discrédite la Cour Constitutionnelle suite au rejet de la requête du Président du MDREC Monsieur Joseph BENDOUNGA

L'accord de paix paraphé à Khartoum et signé à Bangui le 6 février n'est pas au dessus de notre CONSTITUTION. Le Président de la République a bel et bien violé la constitution sans la moindre réaction de nos parlementaires.