Facebook Twitter YouTube

ZOOM PROJET > 2 : Pourquoi faut-il désenclaver la République Centrafricaine ?

ZOOM PROJET > 2 : Pourquoi faut-il désenclaver la République Centrafricaine ?
Pas de légende

Constat :

Nous aborderons ici un sujet uniquement sur le transport routier car il n’y aucune infrastructure ferroviaire en République Centrafricaine. Les importations et exportations centrafricaines sont extrêmement pénalisées depuis plusieurs années par les surcoûts de transport  liés à l’enclavement de cette belle nation. Sur les 24 492 km de routes que dispose le pays dont 5 318 km de routes nationales, seules 650 km sont bitumées.

Cette situation est la cause directe de trois principaux problèmes à savoir : la sécurité territoriale, le développement dans sa globalité et l’économie.

Solution :

Nous ferons au sein de la GENERATION DOUEE du désenclavement l’une de nos priorités. C’est un devoir pour nous, de rompre cet isolement, en l’ouvrant aux échanges par la mise en place de plusieurs infrastructures routières, ferroviaires et fluviales.

Ces moyens nous permettrons de contrôler sur le plan sécuritaire l’intégrité territoriale, de faciliter les échanges commerciaux avec l’extérieur (importation et exportation) mais aussi permettre à toutes nos préfectures et sous-préfectures de communiquer assez facilement.

Vous découvrirez l’ensemble de nos projets d’ici fin 2018.

Passage du Président Serge LENGUENDAYEN sur bf1 tv

Intervention du président de Génération Douée Centrafrique dans l'émission Surface de vérités de Mr. Aubin GUEBRE

Passage du Président Serge LENGUENDAYEN sur le plateau de M. Hamed PARAISO Télé-sud

Entretien Du Jour présenté par M. Hamed PARAISO

RCA : plus de 3 mois après la signature de l'accord de Khartoum, les tueries continuent

Un accord signé sans le représentant du peuple lui a été exposé comme étant l'accord de paix. Le constat est encore très sanglant aujourd'hui.

CENTRAFRIQUE : Un aveu qui discrédite la Cour Constitutionnelle suite au rejet de la requête du Président du MDREC Monsieur Joseph BENDOUNGA

L'accord de paix paraphé à Khartoum et signé à Bangui le 6 février n'est pas au dessus de notre CONSTITUTION. Le Président de la République a bel et bien violé la constitution sans la moindre réaction de nos parlementaires.